Aux Pays -Bas «aucun contrôle ebay exchange na été établi» Aux Pays -Bas, le bilan est beaucoup plus morose.
Au Parlement européen, deux pays ont confronté leurs bilans face au fléau de la prostitution.
Activités organisées (maisons closes ou proxénétisme) illégales.Les filles sont exposés aux œils assoiffés des clients, chaque client choisi alors la demoiselle qui lui plait et lemmène dans un des petits hôtels à côté.On trouve plusieurs boutiques à caractère érotique qui vendent et louent vidéos pornographiques et tous genres daccessoires.Formation: Un enfant sur huit âgés de 7 à 18 n'a jamais été à l'école.Or «aucun contrôle na été établi a déploré la chercheuse.Il nexiste, selon elle, «aucune preuve» sur laugmentation de la clandestinité des prostituées et la détérioration de leurs conditions de vie dans son pays.44 (4.211.000) sont des enfants de moins de 18 ans et 13 (1.250.000) sont des enfants de moins de 5 ans.Haïti reste le pays le moins développé de l'hémisphère occidental (classement selon lIndice de, développement Humain (IDH) : 149eme sur 179 pays ).
Ce qui nempêche pas certains de ces pays dêtre des destinations privilégiées dun tourisme sexuel de grande ampleur, et pose dimmenses problèmes de santé publique, mais aussi dexploitation et de mise en danger de ces bien mal nommées «filles de joie».
Vert foncé : Prostitution légale et régulée, maisons closes légales.En 2010, seules 17 des publicités pour de la prostitution dans les journaux et sur Internet renvoyaient à un établissement du secteur légal.LA pauvretÉ DES enfants 4 enfants sur 10 vivent dans la pauvreté absolue ; sept enfants sur dix souffrent dau moins une forme de privation.18 des enfants haïtiens - 380,000 - sont devenus orphelins à la mort d'un parent.Par exemple à Northbridge, il existe différentes rues bordées de casinos où lon peut observer des tarifications de la prestation désirée Le prix des gammes de services sexuels est affiché : 120 pour 21 min, 155 pour 36 min et 198 pour 48 min.Santé: Environ 30 des enfants n'ont pas été vaccinés contre aucune maladie.Cest Georges Brassens qui soccupe du commentaire de la carte du monde de la prostitution : «Elles sont méprisées du public / Elles sont bousculées par les flics / Et menacées de la vérole».En 2011, la Ville dAmsterdam et le ministère de la justice ont estimé que la moitié des «licences dexploitation» de lieux de prostitution ou des «coffee-shops» appartenaient à des ex-condamnés par la justice.«Erreur nationale» Dépité, le maire adjoint dAmsterdam, Lodewijk Asscher, figure montante du Parti travailliste néerlandais, a fini par déclarer, en 2011, que la dépénalisation du proxénétisme était une «erreur nationale» et que le gouvernement avait été «gravement naïf».


[L_RANDNUM-10-999]