Il nen reste pas moins vrai que les Tranchées sont à ce jour le seul quartier de Genève où la prostitution est interdite.
Code couleur standardisé, pas de doute: une chaîne dhôtels a amputé une face du carré rouge.
Quimporte si cest maladroit.
Mais derrière ces vitrines, ces travailleuses du sexe ne sont pas toujours en sécurité.Cest dommage, car une médiation avec les riverains aurait peut-être porté ses fruits, comme nous series like secret diary of a call girl avons pu le faire par le passé dans le quartier des Pâquis.».Au rez, hier bouillant, une entrée aseptisée.Prostituée en vitrine aux Pâquis (Image:.C'est la version proposée par les autorités qui a passé la rampe.Sur le trottoir, les dealers se mêlent aux filles.Nouvelle politique saluée, a droite, au centre mais aussi chez les socialistes, on a préféré saluer cette nouvelle politique en matière de prostitution.Pas de «Combien tu tappelles?» la coquine restaurant toronto menu ça rit à gorge déployée autour des terrasses semi-closes.Les premiers font valoir leurs doléances depuis 2010, ainsi résumées par un escort girl cluny habitant soucieux de son anonymat: «La prostitution sous nos fenêtres génère beaucoup de trafic nocturne.Reste le côté «sans domicile fixe» de cette prostitution-là, qui pousse naturellement clients et prostituées à remonter vers le calme des Tranchées.Ainsi donc, les prostituées verront désormais leur zone de travail passer de 1700 mètres linéaires à 700 mètres linéaires.
Le trottoir est alerte, les tenues flashy.Dans la cour, pas darbre à palabres, mais un panier de basket et du béton.Décachetée, une réalité crue.Les plus lasses patientent en grappe sous les porches.«Dans un des pays les plus riches du monde, on a pas le droit de mettre ainsi des gens dehors lance une femme en quittant, une valise à la main, l'immeuble de la rue de Genève.Les mouvements, lents et détendus, rassurent.

Détail trivial: comme les prostituées nont pas de toilettes à disposition, elles font aussi leurs besoins dans les allées.».


[L_RANDNUM-10-999]