Sinon, comment définir la monnaie?
B accepte de réceptionner Eb Deux problèmes se posent dans la définition de l'échange non-marchand : Définir l'échange non-marchand n'est pas simple, et peut devenir très complexe suivant le niveau de précision recherché, # Aucune définition n'est neutre, car elle dépend de l'usage qu'on veut.
Maintenant, si je m'attache à comprendre ce qu'est concrètement un échange marchand, il y a de quoi s'arracher les cheveux!
Smith, Say et, de la manière qui a porté le plus l'économie politique au seuil d'une authentique science, Ricardo l'ont fait grandement progresser.Rapidement, l'échange non marchand est hotel libertin punta cana pour.La première, déjà mentionnée, est que cette définition doit être opérationnelle, et, si possible, "cohérente".L'échange est volontaire : il est effectué selon le principe de l'offre et de la demande, l'un vend, l'autre achète (ce qui sous-tend un certain nombre d'hypothèses implicites : asymétrie offre/demande, pas d'obligation de pratiquer le type d'échange en question - pas besoin.Néanmoins, même ainsi, bande d'annonce sexfriends des problèmes persistent ; problèmes que le Droit, souvent considéré comme l'autorité compétente en la matière, peine à solutionner sans recourir à une forte dose d'arbitraire.La monnaie : la contre-partie se fait généralement sous une forme monétaire,.Notons que l'effet Ea peut causer l'action Ab, par un simple vecteur représentatif.Elle est difficilement communicable, dans la mesure où la communication s'appuie elle aussi sur des simplifications et sur des conventions communes (tel concept désigne à peu près telle chose, et c'est suffisant pour communiquer).La définition que nous donnons de l'échange non marchand n'est pas la même que celle donnée par Alain Testart dans son ouvrage critique du don.Ce point peut être important (voir plus loin).
Ce point doit toutefois être relativisé.
A, par son action, aa, provoque un effet, ea, qui modifie l'action.Ex : esclavagisme, subventions associatives, bien public fournis par l'impôt, etc.Ceci nous conduit à admettre qu'il est, en quelque sorte, parfaitement légitime d'élaborer une définition "artificielle" de l'échange non-marchand, en gardant à l'esprit qu'une telle démarche n'est pas neutre.Sommaire, un bien matériel est tangible, on peut le toucher, le voir.Le coût : toute action, et en particulier celle qui implique le transfert d'un bien vers autrui, engendre un "coût".


[L_RANDNUM-10-999]