Mais il y a une autre ville où l'enthousiasme des habitants est encore plus grand.
Projet par, happy City Lab.Vous débarquez de la planète Mars?Regardez la vidéo, adoptez une boîte dans votre quartier en cliquant sur son icône.Vous pouvez prendre contact avec lassociation.Site web par, base Secrète.Dans le 12e arrondissement parisien, une jolie petite maison de bois sur roulettes est posée sur la place Felix Eboué.Avec son association, Stéphanie souhaite répertorier et mettre en réseau les différentes initiatives de boîtes de lagglomération lyonnaise.La première boîte à dons lyonnaise a été crée en 2014 par une designer et une graphiste, qui ont mis les plans de leur GiveBox à disposition de tous sur leur site internet.Les boîtes à partage, cest la liberté!
Pour elle, une boîte à dons à plusieurs objectifs : ".Et vous venez quand vous voulez, avec qui vous voulez, comme vous le voulez, en rentrant du boulot le soir tard ou le dimanche après-midi, cest vous qui voyez." Ce qui justifie le fait de prendre un objet qui vous plaît, c'est que vous l'avez découvert à ce moment-là rassure-t-elle.La boîte d'échange se trouve à la cafétéria du collège Calvin.Peu importe, les boîtes à partage, cest fait par tous et pour tous.Le champ des possibles est immense et surtout, le cocoon club libertin il est décidé à léchelle microlocale.Le deuxième, c'est de créer du lien social en permettant aux gens d'échanger sur place entre eux." À observer les personnes âgées qui prennent un moment pour discuter au soleil, assises sur le banc à proximité, après avoir pris ou déposé un objet, la convivialité est bien.

Donner une seconde vie aux objets et recréer du lien social c'est une solution concrète et locale, qui donne à chacun les clés pour s'engager s'enthousiasme Margaux Nasreddine, en service civique au sein de l'association CAP ou pas Cap.
Exemples, sur Lyon, il existe déjà 3 boîtes d'échange entre voisins crées en lien avec des Centres Sociaux dans le 5ème arrondissement.
La solidarité, aussi, d'autant que cette boîte est adossée au kiosque citoyen du 12e arrondissement, dans lequel l'association Hologramme distribue les invendus du marché tous les mercredis.


[L_RANDNUM-10-999]